Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

maudguillen.overblog.com


"Le siècle de Dieu" de Catherine Hermary-Vieille

Publié par Maud GUILLEN sur 20 Février 2013, 10:27am

Dans Le siècle de Dieu, on se trouve dans une sorte de reconstitution didactique, fictive et plus que convaincante du règne de Louis XIV et de la Régence. L’auteur Catherine Hermary-Vieille, passionnée de littérature et d’Histoire, est une écrivaine peut-être féministe puisque les deux personnages principaux, Anne-Sophie et Viviane, sont aussi féminins que leurs prénoms. Représentatives de ce siècle, ces deux femmes, liées par le sang, vont choisir deux chemins différents : « L’une voulait l’or et la gloire. L’autre ne demandait que l’amour de Dieu ». Cette situation illustre avec poésie les clivages de ce temps, les uns dans l’ombre, les autres dans la lumière. Quand certains choisissent de jouir des prestiges de la Cour royale au château de Versailles, d’autres épousent la cause des Sœurs de la Charité. On retrouve des noms qui ont fait vivre les salons mondains, la Cour de Versailles, les Eglises, châteaux et papiers du XVIIème siècle tels que Jeanne Guyon, Molinos, Fénelon, Voltaire, Lully, Mlle de Scudéry, Corneille, Racine, Molière… mais aussi d’autres anonymes, soldats, provinciaux, orphelins, malades, protestants, jansénistes, quiétistes, objets, victimes d’une guerre dépensière, de travaux coûteux aux châteaux de Versailles, d’un roi égoïste et fou des grandeurs. Dans un pays froid tel que la France à cette époque, les cadavres des pauvres jonchent les rues. Véritable voyage dans le temps, il y a des messes noires, la place de Grève est le lieu de sanguinaires spectacles, chaque mort est l’occasion de suspecter la présence d’une fiole au contenu venimeux, les sorcières serpentent les rues lorsque celles-ci sont sombres. Véritable plaisir de voyager dans ce temps où dominent Dieu et la religion dans le cœur des Hommes dont la quête du bonheur et de paix les divise plus qu'il ne rassemble. Véritable déception quand il s’agit de la trame romanesque. Une fois le cadre spatio-temporel contemplé, on se retrouve seul, souvent face à une écriture qui ne nous invitent à rien, où rien ne se passe plus, on attend que l’Histoire de France suive son cours et aucun personnage ne prend la peine de nous divertir.

"Le siècle de Dieu" de Catherine Hermary-Vieille

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents