Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

maudguillen.overblog.com


De l'écume et du jour au cinéma!

Publié par Maud GUILLEN sur 5 Mai 2013, 15:20pm

De l'écume et du jour au cinéma!

Deux mois avant la sortie du film réalisé par Michel Gondry, adaptation de l'inadaptable roman de Boris Vian, je guettais déjà inutilement les cinémas des alentours (comme si savoir la date de la sortie du film ne suffisait pas). De la même manière qu’un fan de Bieber attendrait une courte apparition du jeune homme à travers la fenêtre d'un hôtel, j'attendais le 24 Avril 2013 avec impatience. Quelques semaines avant le jours J, la bande annonce du film est sur internet, je la visionne et ça me fait le même effet que le fan qui voit un bras tatoué dépassé de la fenêtre ; la faculté d’hystérie en moins bien sûr.

Enfin, le film sort et j'arrive à convaincre des inconnus à venir m'accompagner, espérant qu'il ne m'en voudront pas si le film s'avère être un véritable navet ; au fond je ne connais pas leur manière de se venger... Qu'importe prenons des risques à la manière de Boris Vian et de Michel Gondry et sortons la carte étudiante pour une réduction… tout risque mérite une précaution.

Vivement que le film finisse et qu’il n’y ait pas d’autre adaptation de livre d’ici un bout de temps car toute cette histoire me métamorphose, le film dure 2h00 et aucun paquet de pop-corn dans mes mains. A croire que aller au cinéma n’est ici pas un prétexte pour manger du pop-corn.

Chut ! La lumière devient tamisée puis s’éteint. Mon voisin de derrière me fou deux coups de pieds dans le dos. « Ca commence bien ». Mais ceci n’a pas suffit à gâcher mon plaisir parce que les acteurs sont beaux, la musique est bonne, les décors sont fous. On peut en être sûr, Michel Gondry n’a pas lu L’écume des jours à l’envers. Ouf, mon enthousiasme débordant n'a pas noyer mon jugement dans une terrible marrée de déception!

J’ai particulièrement adoré le clivage entre le début et la fin du film, symbole du bonheur et du malheur, de l’amour et de la mort, le film vire magnifiquement de la couleur aux noir et blanc. Adapter L'écume des jours peut donner une certitude aux spectateurs : la vision cinématographique du "jamais vu" au cinéma! Car qui a déjà vu un pianocktail au grand écran, une trompette de la taille d'un immeuble, un cuisinier sortir du four et du frigo, une maison devenir de plus en plus petite, une femme malade d'avoir un nénuphar dans les poumons, des plats vivants, une course de voiture dans une église, un ciel coupé entre la pluie et le soleil? Le film de Gondry est peut-être le seul film français et contemporain qui puisse nous faire rêver avec autant de sincérité.

Ceci dit, le film n'égale pas le livre, et si celui-ci n'y arrive pas alors la tâche est forcément impossible pour n'importe quel autre réalisateur. Finalement le film, bien que génialement interprété, prouve les failles du cinéma par rapport à notre imaginaire : au cinéma, on devine facilement les effets spéciaux alors que notre imagination à la lecture d'un livre ne laisse jamais rien paraître.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents